Étienne Barilier, né en 1947, est romancier et essayiste. Son oeuvre compte, en 2018,  une cinquantaine d’ouvrages. 

Parmi ses romans : Le Chien Tristan, Le Dixième ciel, L’Énigme, Un Véronèse, Piano chinois, Ruiz doit mourir, Les cheveux de Lucrèce.

Parmi ses essais, consacrés à des thèmes littéraires, philosophiques ou politiques : Contre le nouvel obscurantisme (1995), qui dénonce et démonte les irrationalismes contemporains ; Nous autres civilisations…, paru en 2004, et La Chute dans le Bien, en 2006, qui tentent une réflexion sur le monde de l’après 11 septembre 2001.

En 2016 paraît Vertige de la force, suscité plus directement par la montée, en Europe et dans le monde, de l’islamisme radical. 

Étienne Barilier a également écrit des livres sur des sujets musicaux (un essai sur le compositeur Alban Berg, un autre sur les notes B-A-C-H dans l’histoire de la musique occidentale). En 2009, il publie le premier ouvrage en langue française consacré à l’architecte tessinois Francesco Borromini. 

Il publie en 2018 un essai intitulé Exil et Musique, un autre essai consacré au mathématicien Leonhard Euler, ainsi qu'un roman, Dans Khartoum assiégée.

Étienne Barilier a été chroniqueur de télévision pour le Journal de Genève de 1981 à 1988. De 1991 à 2003, il tient à L’Hebdo une chronique bimensuelle, puis hebdomadaire. Dès 2005, il collabore régulièrement à la revue ArtPassions.

Professeur émérite à l’Université de Lausanne, Étienne Barilier est également traducteur (de l'allemand, de l'italien, de l'anglais et du latin).

[On trouvera une présentation indirecte et poétique de l'auteur par lui-même dans le texte intitulé Pully-Nord ou Pully-Village]. 




/div>